Samedi 13 juillet 2019 20h30

 

Contrepoings

 

Jérémie Favreau, piano
Patrick Defossez, piano
Anne-Gabriel Debaecker, piano électrique, bols chantants, tams, électroacoustique


Contrepoings, et à la fois un projet discographique et de concert fruit de la rencontre entre deux pianistes aux parcours semblables mais aux routes différentes. Deux générations, deux façons d'aborder le piano, deux couleurs, deux pensées, réunis pour une grande connivence pianistique déployée entre écritures strictes et improvisations.
Jérémie Favreau, pianiste français résidant à Los Angeles et Patrick Defossez, pianiste belge résidant à Reims, s’associent, pour un programme autour de la poésie vibratoire, à Anne-Gabriel Debaecker aux bols chantant, tams et électroacoustique en temps réel.
Le programme sera partagé entre pièces soli, pièces pour deux pianos, pièce pour piano et bols chantants, pièces pour deux pianos et électroacoustique, à partir des répertoires suivants :

Patrick Defossez :  pièces extraites du recueil Matin calme - le livre de… Jérémie Favreau et Patrick Defossez piano ;
Patrick Defossez : Improvisations ;
Claude Debussy : réinterprétation des Children's Corner de Claude Debussy pour deux pianos :

Patrick Defossez
De formation classique complète (Académie et Conservatoire en Belgique puis Conservatoire en France et obtention des D.E. & C.A. Ministère de la Culture ...) augmentée d’un parcours jazz/ musiques improvisées (Berklee School de Boston USA, ...) et de nombreux stages spécialisés (IRCAM, ...), je suis d’une part, un compositeur pluriesthétique inscrit dans la vie de la création sonore contemporaine (Ensemble Intercontemporain, commandes publiques d’écriture, ...) et d’autre part, un interprète actif de la scène de la création improvisée, investi dans les démarches improvisationnelles transversales incorporant peu ou prou les moyens musicaux numériques actuels … http://en.wikipedia.org/wiki/Patrick_Defossez

Anne-Gabriel Debaecker
L’inventeur des Ondes Martenot, Maurice Martenot, a été son maître dès l’âge de 4 ans. Elle fait ses études supérieures à l’ENSBA et devient Architecte DPLG, elle travaille alors avec de nombreux architectes et artistes, notamment en temps qu’associée de l’agence d'architecture Groupe AURA.
Avec le compositeur et pianiste Patrick Defossez, elle fonde l’association 2d’lyres. Depuis 1998 elle écrit et joue la musique électroacoustique pour les techniscénies de la Cathédrale de Reims Fenêtres pour Jeanne pour Clovis, La Musique des sources, Le Conte des mille et une notes, 2000 Brèves pour l’an 2000, Le septuor de Namurophones. Puis le Duo est en résidence et concerts à Pontarlier pour le bicentenaire de la mort de «Toussaint Louverture», à Angers musique de déambulation citadine, à Nantes, à Bayonne etc… AGD aime à moduler par la « sculpture-live », les couleurs et la plastique des sonorités de l’électroacoustique enrichie par la sonorité acoustique des Bols en cristal, en dialogue improvisé avec le noir et blanc du piano … http://2dlyres.net/biographieDebaecker.php5
 
Jérémie Favreau
Pianiste engagé dans la musique de son temps, il vient d’enregistrer des oeuvres de Christophe Frionnet pour le label Azul, après les avoir créées, ainsi que des oeuvres de Jean-Marc Chouvel, de Patrick Defossez et d’Ivane Bellocq au Lineage Performing Arts Center à Pasadena, Californie, à l’invitation de la série de concert Sound and Fury), et au Mimoda Studio, Los Angeles.
Depuis son installation aux Etats-Unis, il a donné de nombreux concerts dédiés à la musique française: musique de chambre de Poulenc, mélodies de Berlioz, Debussy, Fauré. Il a également tenu la partie de piano dans les Chants d’Auvergne de Canteloube, pour voix et orchestre. Il s’est fait également le spécialiste de format de concerts originaux: concerts de mélodrames allemands, aux côtés du baryton Robin Buck; de mélodies francaises (Fêtes galantes) avec Tara Waldshmidt





Vendredi 19 juillet 2019 20h30

 

Pentaphones


Laurence Bouckaert, Karlax
Hugues Genevois, guitare électrique préparée
Michel Risse, objets trouvés déjà là.


Marie-Angélique Mennecier technique et prise de son


le trio Déjà-là sera à la Beaudelie pour une recherche et une proposition musicale autour de la voix. Il ne s'agit pas seulement d'explorer la voix humaine mais, plus généralement, de questionner ce qui "fait voix"... Près d'un siècle avant que Pierre Henry ne compose ses "Variations pour une porte et un soupir", Victor Hugo n'écrivait-il pas, dans Faits et Croyances, que "tout bruit écouté longtemps devient une voix", nous invitant à une écoute autre des bruits et des sons ?
Il propose en poète ce que, plus tard, la phénoménologie allait interroger. Ainsi, à la suite de Husserl, Heidegger, dans son traité De l’Interprétation,  définira le λόγος comme "un être vocal qui signifie [...] : φωνή σημαντική. Ainsi le son est voix [...] lorsqu’il donne quelque chose à percevoir,  [...] parce qu’il porte un sens.
Dans un tout autre registre, nous émettrons l'hypothèse que la voix ne se donne pas comme évidence, mais se construit et se (dé)livre comme une évidance qui viendrait creuser - et aussi, paradoxalement, remplir - le silence de l'Autre.
Mais, au delà de ces concepts maintes fois questionnés, notamment par la philosophie, la linguistique, la psychanalyse (comment ne pas faire le lien avec la notion d'objet a de Jacques Lacan ?), il s'agit maintenant, entrant en résidence comme on entre en résistance, de les dé-poser pour construire une proposition musicale.
Alors oui, la voix sans maître est bien notre programme !

Laurence Bouckaert

Dans la pratique musicale de Laurence Bouckaert tout oscille entre deux pôles.
Electroacoustique et nouvelles lutheries. Composition et improvisation,
produites seule ou en collectif avec ONE et les Phonogénistes; en ensemble ou en duo féminin : Les Hildegarde von stick ou aLLea.
Ouverture aux arts plastiques et aux spectacles vivants, en solo ou à plusieurs.
Milieux institutionnels ou alternatifs.
Egalement, professeur d'électroacoustique au conservatoire et à l’Université.
Ainsi s’équilibre les expériences de LB, par deux. http://lbouckaert.free.fr/Laurence_Bouckaert.html
 
Hugues Genevois
De formation scientifique, Hugues Genevois s’intéresse très tôt à la composition musicale et aux possibilités qu’offre l’ordinateur pour la synthèse sonore. Pourtant, si ses goûts le portent volontiers vers la musique concrète et les musiques d’Extrême-Orient, c’est au contact de Iannis Xenakis qu’il décide d’approfondir son travail d’écriture.
Après avoir réalisé de nombreuses musiques sur support, son intérêt pour le geste musical le conduit à explorer, dans ses travaux récents, les possibilités expressives de l’ordinateur. Ses recherches portent notamment sur les nouvelles lutheries et l’interaction musicien/instrument, objets de son enseignement dans le cadre du mastère ATIAM (UPMC - IRCAM - TélécomParisTech...)
C’est en 1997, lors d’un colloque organisé avec le GMEM, qu’il aborde ce qui constituera par la suite le fil conducteur de ses recherches : le geste musical. Son approche se veut autant poétique que technique. C’est dans ce cadre qu’il utilise pour la première fois le terme de calliphonie, équivalent sonore et musical de la calligraphie, dans son acception extrême-orientale.
Depuis 2008, il collabore très régulièrement avec Pascale Criton. Ensemble, ils explorent de nouvelles formes d’écoute, en concevant, dans une approche sensible autant que théorique, des dispositifs où le toucher et l’ouïe se conjuguent pour inviter l’auditeur à  explorer des espaces sonores pluriels, multiples et changeants.
 
Michel Risse
Michel Risse a étudié la musique et les percussions au Conservatoire de Strasbourg avec Jean Batigne, mais aussi avec les Gnaouas et Ahuaches d’Afrique du Nord et au sein de divers groupes rock, jazz et autres “ orchestres attractifs français ” ainsi qu’en compagnie d’artistes les plus divers, de Moondog à Vince Taylor en passant par Angel Parra, Nicolas Frize, Herbe Rouge ou le Grand Orchestre Bekummernis, tout en poursuivant ses études de musicologie à l’université de Paris 8. Cette expérience de percussionniste, poly-instrumentiste et improvisateur l’a rapidement mené dans de nombreux studios pour l’enregistrement de musiques de films et de scène, et surtout sur la scène des théâtres (TNS, Th. de Bourgogne…).
C’est dès 1972 qu’il compose ses premiers “ décors sonores ”, installations électroacoustiques pour lieux publics (Strasbourg : Porte de l’Hôpital, Musée d’art moderne (1984), Fnac (1982), Agadir : hôtel Atlas (1977), Paris : Palais de Chaillot (1983).
Responsable des arrangements et de la réalisation audio pour de nombreux disques, il a publié une multitude d’articles pour la presse technique audio et musicale. Sa discographie compte une trentaine de références, dans lesquelles il apparaît tour à tour comme instrumentiste, réalisateur, arrangeur ou compositeur. Il est également le partenaire de nombreuses créations de Serge Hureau et du Hall de la Chanson.






Samedi 27 juillet 2019 19h00

 

Piano Project 1


Gwen Rougé, piano

Projet Bloom, dans le cadre de l’Académie Le Cerisier

Le Projet Bloom est une aventure pluridisciplinaire et libre, par essence. Depuis 2013, de nombreux projets très divers ont pu voir le jour, ayant pour trait commun de mettre en tension les oeuvres au sens large, sans souci a priori de leur époque, de leur esthétique, ou de leur champ artistique. Après ces cinq années d’expérimentations, nous voulons initier de nouvelles dynamiques.
Quoi de plus gratifiant pour une structure comme Bloom que de faire fleurir quelques bourgeons dans les années à venir. Nous avons donc décidé de nous occuper de notre arbre. Le cerisier, c’est le nom que nous avons donné à cette nouvelle aventure.
Le Projet Bloom lance son académie pour les compositeurs. Plus qu’une académie, Le cerisier se veut un laboratoire, un lieu de recherche artistique. La finalité ne sera pas nécessairement l’achèvement d’une oeuvre, mais la profondeur du travail engagé, que nous voulons à la mesure de chacun des trois artistes que nous sélectionnerons.
Durant la saison 2018-2019, ces artistes auront des rendez-vous réguliers pour avancer sur leur projet : séances à la table, sessions de travail avec des interprètes, mais aussi rencontres avec des plasticiens, chorégraphes, dramaturges… c’est selon.
Chaque projet de travail fera l’objet d’une analyse des désirs et des besoins pour les compositeurs sélectionnés. L’agenda de travail sera ensuite absolument personnalisé, pour permettre une avancée sensible, au fil des mois.
Les projets qui semblent aboutir à une œuvre feront l’objet d’une commande du Projet Bloom pour la saison suivante.


Concert / discussion en présence des compositeurs

Cameron Graham, Liquid Strange, études pour interprètes
Raphaël Languillat, flagellatio II, pour piano amplifié
Maël Bailly, Pour un cirque imaginaire, pour alto et piano
Colin Roche, Roman au miroir (Sisyphe à ma table) pour voix
Frédéric Mathevet, Filigree and shadow: Piano card pieces

 


Colin Roche

Issu d’une famille musicienne, pianiste formé au Conservatoire de Saint-Étienne, Colin Roche, diplômé de Sciences Politiques, étudie au Conservatoire national de région de Lyon, à l’Université de Rouen, puis au Conservatoire de Paris avec Philippe Leroux. Titulaire d’une Maîtrise de composition et d’un DEA de musicologie, il s’intéresse également à la littérature, particulièrement à la poésie de Francis Ponge, ainsi qu’aux arts plastiques. Ses compositions sont souvent le fruit de rencontres, notamment avec les plasticiens Simon Artignan et Jean-Marc Poyet. Les recherches de Colin Roche ont pour point de départ des objets neutres du quotidien et leurs traductions sonores. Carnets de notes, esquisses successives d’un cheminement, ses œuvres, intimistes et excluant l’effectif orchestral, se construisent ainsi dans l’écoute et le rapport à l’objet musical. Citons Réflexions sur le Carnet (2000), Ground Zero (de mon écriture) (2002), Bristol... puis souffle (2005), La robe des choses (2006), Érotique de l’allumette (2008), Le volet en jalousies (propriété du soupir) (2010).





Mardi 30 juillet 2019 19h00

 

Poétique de la persistance


Duo Brisset Quintans – Cristal Variables

Catherine Brisset, cristal Baschet
Santiago Quintans, guitare électrique


Benoît Navarret technique et prise de son


Le duo se questionne et se dresse contre l’indifférence contemporaine, il battit un mur de voix et grincements humains, insistant sur les limites de l’homme mais aussi suggérant l’infini de son espoir et de son imagination.
Évoluant dans une esthétique résolument actuelle, voire futuriste, les musiciens explorent la poétique du très petit, de l'insistance, de la persistance essentielle du geste ; dans des performances électrifiantes où geste et corps se fondent pour laisser voir la possibilité d’une chimère bruitiste enragée.
Allant au-delà de la musique pour soulever la question de l’espace musical et physique, ce duo interpelle le témoin, l’auditeur, l’incitant à aller au-delà de son rôle.
Les musiciens créent une expérience où « l’autre » est sollicité, incité à participer dans un espace-temps contemporain où se jouent le concret et l’imaginaire salvateur dans un cri d’espoir habité qui nous rappelle qu’être humain aujourd’hui est toujours un enjeu :
L’enjeu auquel il faut redonner place et incarner temps et espace avec des corps qui respirent, bougent et désirent.


Le cristal Baschet – un instrument de verre et de métal. « Objet sonore » complexe, alliant le verre et les métaux, le cristal Baschet est un instrument à clavier multi-timbrale.
Il a été créé en 1952 par François et Bernard Baschet et s’intègre à une œuvre plus large qui s’est développée dans les domaines tels que : la sculpture sonore, la sculpture, la pédagogie, différentes formes scéniques. Principalement  mis en vibration par le frottement du verre, il peut être joué également  de façon percussive.
Le verre, le métal sonnent, donnant naissance à des matières sonores évanescentes, denses, âpres… à des musiques tout en contraste. Catherine Brisset développe une recherche sur cet instrument depuis de nombreuses années et est à l’origine de nombreuses commandes d’œuvres contemporaines, musiques de scène et en relation à l’image, musiques improvisées…

Catherine Brisset
a reçu une double formation de musique classique et ancienne et en danse contemporaine, (conservatoires de Rennes, Angers, Boulogne Billancourt, CNDC...).
En 1990, elle rencontre F. et B. Baschet et découvre le cristal ainsi que l’ensemble de leur œuvre.
Depuis, elle mène une recherche en tant qu’interprète et improvisatrice. Elle développe une technique propre à cet instrument et ses spécificités. Elle interprète un répertoire de créations originales, de transcriptions et d’improvisations.
Elle a créé avec le « Cristal  » puis « Cristal Variables », collectif ouvert à l’interprétation et l’improvisation, cherchant dans les domaines acoustiques et électronique, la spatialisation et la transformation en temps réel. Au sein de cet ensemble, des compositeurs ont accompagné les musiciens dans leur désir de créer un répertoire particulier et riche des questionnements et possibilités : pour cristal solo, cristal et violon, alto, violoncelle, contrebasse, flûte, percussions, clavecin, dispositifs électroniques...
Elle a également participé à des créations théâtrales, chorégraphiques, à des projets liés à l’image et le multimédia. http://catherinebrisset.com/index.html


Santiago Quintans
Évoluant aux confins de l’improvisation et de la musique expérimentale, Santiago Quintans explore les possibilités de la création moderne avec un œil curieux et inquiet. Toujours fidèle à la guitare électrique (qu’il explore dans toutes ses déclinaisons dans son projet soliste « ARK »), mais avec un regard aiguisé de compositeur, Santiago synthétise tradition et modernité dans des projets audacieux qui ne laissent pas de côté sensualité et énergie. Que ce soit dans un contexte Jazz, ou dans les commandes d’écriture qu’il réalise pour une variété d’ensembles de musique contemporaine et compagnies de danse, le travail de Santiago suggère une nouvelle expérience du sonore : la musique comme sculpture en mouvement, l’écoute comme geste tactile et l’espace sonore comme aire de jeux pour l’improvisation.
Né en Espagne en 1975, Santiago s’installe aux USA en 1995 où il étudie la guitare jazz et la composition à l’Université de Miami. Il démarre à cette époque une carrière internationale qui l’emmène à jouer aux côtés de Maria Schneider, Kenny Wheeler et Tony Malaby, entre autres. Intéressé par la musique électronique et contemporaine, il s’installe à Paris en 2004 et devient actif dans la scène musicale de l’hexagone créant des projets avec Stéphane Kerecki, Matthieu Donarier et Paul Rogers. Toujours curieux, il profite de son arrivée en France pour se perfectionner comme compositeur, maîtriser les outils du live électronique (Master 2 Musique à l’Université Paris 8), s’engager dans le monde de la recherche, où, en tant que spécialiste de la guitare électrique contemporaine, il publie des nombreux articles dans journaux/revues de musicologie (Appareil, Espacio Sonoro, Journal International de Musicologie). Son expérience d’interprète et créateur, sa connaissance approfondie et transversale de la création moderne et son talent pour la transmission, font de lui un conférencier très sollicité : souvent invité à faire des master class (Universités et conservatoires en Europe et Amérique du sud), il est, depuis 2015, professeur de Guitare Électrique et Improvisation au sein du département de Jazz du Conservatoire National de Musique et Danse de Paris (CNSMDP). http://santiquintans.com/



Mercredi 14 Août 2019 20h30

 

Melhau chante Brassens


Jan Dau Melhau voix, traduction

Frédéric Chabalier, Marianne Tixeuil, guitares


Jan dau Melhau fréquente l’œuvre de Georges Brasses depuis la prime adolescence. Auteur-compositeur lui-même, rompu à l’art de la chanson, il a adapté quelques dizaines de celles du grand Georges, dans son occitan limousin, la meilleure façon de se les approprier et de lui rendre hommage.
Il en présentera plus de vingt accompagné par Frédéric Chabalier et Marianne Tixeuil dont les guitares restituent à merveille l’univers musical si particulier de Brassens qui, dans son apparente simplicité, n’a pas pris une ride.


 



Una Corda
 








  prochainement
  le programme
  découvrir l'association
  recevoir les informations
  archives
  visite virtuelle
  contact
  mentions légales

Tous les spectacles sont privés
Entrée libre sur invitation
Un chapeau est à la disposition du public pour participer aux frais des artistes
Une petite collation est prévue les soirs de spectacle (sauf pendant les rencontres) :
merci de contribuer avec du solide ou du liquide !







































Subscribe

* indicates required
































































































































































La tour de guet association loi 1901
60 impasse de la tour de guet
La Beaudelie – Le Saillant
19130 VOUTEZAC
mail:latourdeguet