Samedi 14 juillet 2018 20h00

 

Une soirée de poésie et de musique

 

Antonia Soulez, poésie, Laurence Bouckaert, Karlax, Jean-Marc Chouvel, Clarinette, Marie Denizot, harpe et poésie

Antonia Soulez écrit une poésie qui convoque la musique d'une manière tout à fait inédite. Elle a rassemblé autour d'elle un groupe de musicien qui donne à cette connivence musicale un corps sonore tout à fait particulier. Le trio Récitante, Karlax et Clarinette a déjà donné de nombreux concerts, mêlant l'improvisation à l'écritutre poétique comme si cette écriture pouvait se lire de la même manière qu'une partition. La deuxième partie de la soirée se proposera d'explorer poétiquement et musicalement les espaces de La Beaudelie, en toute convivialité

À propos d’Intonations

Antonia Soulez écrit depuis plusieurs années sur la musique mais aussi sur les sons comme elle dit « marqués par ce que fait l’événement au mot »). C’est une étape sur le chemin qu’elle trace depuis ses premières publications dans la revue Po§sie (dir. M. Deguy), et les Editions d’Ecarts, chez Mireille Batut-d’Haussy.
Après s’être attachée aux « Timbres » (1999), puis aux « Sons couleurs » (2010) puis « Qualia » (2014), elle a publié dernièrement, dans la même collection chez Delatour-France, « Sons voisés ». Tout en travaillant actuellement en philosophe sur l’importance des sons dans les musiques contemporaines, elle exploite les ressources que lui fournissent certains  travaux d’une  approche philosophique des « qualia », ou qualités dont relèvent  traditionnellement depuis Locke les « sons » et les  « couleurs », parfois en relation avec des motifs synesthésiques (comme chez Scriabine par exemple).
Dans le registre poétique en particulier, il lui importe de souligner les jeux dont la composition  (elle dit « composer la poésie ») produit les formes de profération sur lesquelles le musicien est appelé à improviser. D’où, pour elle, l’intérêt profond de dire ses poèmes avec les musiciens, selon un compagnonnage qui fait entendre les temps battus d’un souffle complexe de parole, en concomitance avec une certaine ponctuation. Cette pratique développée à l’occasion d’évènements organisés avec des instrumentistes (Jean-Marc Chouvel et plus récemment Laurence Bouckaërt) a pour nom l‘« intonation ». Elle s’y attèle en recherchant avec leur collaboration toujours spécifique à leur instrument, des modalités d’écoute des traits de la langue, y compris, plus récemment, des modalités de « ton », comme on dit « parler sur un certain ton » en fonction d’un « mood ». Ainsi, chaque pièce est, selon elle et dans ses termes, la transformée d’une idée sonore suscitée par un nouage vocal-instrumental, selon le « mood » (humeur, ton, attitude jouée).
Parallèlement à ces « partitions sonores » en espace, elle vient d’écrire pour la revue Po§sie un texte plus théorique sur « l’intonation », à paraître.

Elle a par ailleurs obtenu du Pen Club,  le 2e prix de la meilleure poésie à l’issue du 36 e congrès mondial des poètes tenu à Prague en 2016 (en hommage à l’écrivain tchèque Jaroslav Seifert, prix Nobel).


Site : Antoniasoulez.fr



Mercredi 18 juillet 2018 20h30

 

Récital de piano

 

Jérémie Favreau, piano
œuvres de Christophe Frionnet, Patrick Defossez, Didier-Marc Garin

Jérémie Favreau a étudié au Conservatoire de Paris, où il a reçu le prix ​​de la Ville de Paris. Il a également obtenu une maîtrise en philosophie ainsi que des diplômes en littérature et musicologie à l'Université de La Sorbonne. Après avoir déménagé en Californie, il a obtenu une maîtrise en interprétation pianistique de l'Université de Californie, Irvine. Il a donné des concerts en Californie, en France, en Autriche, Hongrie, Italie et Bulgarie, y compris au Musée Debussy de Saint-Germain-en-Laye, la Maison de naissance de Haydn à Rohrau et à Theresienstadt.
Il a défendu la musique française dans des récitals et des conférences dédiés à la musique de chambre de Poulenc, aux mélodies de Berlioz, Debussy et Fauré, ainsi que de Canteloube, avec orchestre. Il a également collaboré avec le baryton Robin Buck pour explorer le répertoire des mélodrames anglais, français et allemand du 19ème et du 20ème siècle, et pour inspirer la création de nouvelles œuvres dans ce genre rare, associant poésie et musique. Il a joué avec le compositeur et flûtiste Ivan Bellocq dans des concerts en Belgique, en France et en Californie. Ils ont réalisé le projet Nice L.A.scape pour lequel ils ont reçu une subvention de l'association Temp'ora. Le concert à Versailles a été diffusé par la Radio nationale française, France Musique. Il a récemment créé "Islande", pour piano solo, d'Ivan Bellocq, qui a dédié la pièce à M. Favreau, ainsi que des pièces de Christophe Frionnet, Didier-Marc Garin et Rufat Khalikov, à Orléans et Bordeaux, en France, ainsi qu'à Sofia, en Bulgarie. En 2014, il a donné une lecture-récital sur Proust et la Musique, à UCLA, avec le violoniste Prof. Guillaume Sutre, invité par l'écrivain Prof. Laure Murat, projet qui a reçu un UCLA Herb Alpert School of Music Nelson Fund. En août 2015, il a donné un récital-récit sur la découverte de la Californie, Mythique Californie, avec Roula Safar, mezzosoprano, guitare et percussions. En décembre 2016, il a donné un concert de pièces à quatre mains commémorant le centenaire de la première guerre mondiale au Donald R. Wright auditorium à Pasadena, Californie - en compagnie du pianiste et chef d'orchestre Lorenzo Marasso. En mai 2017, il donnait le concert "Danser sur un Volcan" , invité par la série Sound and Fury, à Los Angeles, Californie.



Jeudi 26 juillet 2018 20h30

 

Trio 3D

 

Nadia Radsimandresy, ondes Martenot, Sophie Maréchal, guitare, Virginie Colette, soprano.

Le Trio 3D est un ensemble de musique de chambre inédit fondé en 2006 par 3 musiciennes, 3 Drôles De Dames qui défendent une musique nouvelle. Nouvelle parce que contemporaine. Nouvelle parce que entièrement dédiée à leur nomenclature unique.
Ces trois musiciennes révèlent les 3 dimensions de la texture sonore issue de la rencontre de leurs instruments : l’onde, la guitare et la voix sont ces trois lignes qui se mêlent, s’entremêlent, se choquent, s’entrechoquent, se fondent et se confondent.
Les 3D investissent les héritages qu’elles ont reçus dans cette aventure esthétique en trio : volonté d’innovation et de création qui prend vie sur scène. Elles tirent leur force dans la conscience responsable de créer et transmettre une tradition musicale en perpétuel questionnement.
La musique contemporaine est vécue ici comme une aventure à forte dimension humaine, résultat de la collaboration entre un créateur et des interprètes. Le trio fonde son éthique sur cet engagement humain, sur ce lien précieux source de partage, débat et réflexion qui unit dans le respect mutuel les interprètes et le compositeur.



Samedi 4 Août 2018 20h30

 

« All Along the Watchtower » – trio Déjà là

 

Laurence Bouckaert, Karlax, Hugues Genevois, guitare électrique préparée, Michel Risse, capteurs.

Émergence emblématique du courant post-spéculatif, voire, pour certains, figure iconique des bouleversements sonores engendrés par la haptic poetry, la musique de Déjà-là transcende les frontières habituelles entre genres musicaux, ne cessant de questionner la notion de (pré-)trace et, par là même, l'ontologie du processus créateur.
Prenant le risque d'explorer les limites de ce qui fait musique, son ou geste, elle conserve pourtant, jusqu'à son point de rupture, la double hypothèse du sonore comme fable désirante, et du corps comme espace d'inscription pluriel. En cela, elle échappe aux cadres définitoires de l'en-soi pour mieux exister comme en-acte.
Théâtre momentané du monde, chaque concert de Déjà-là est un événement unique où le performatif travaille au dévoilement des structures invisibles qui informent notre relation au réel, médiatisé par les références collectives et les stratégies implicites à l'œuvre dans tout processus perceptif.
Par mutation, par dérive, par anamorphose, par mise en abyme des postures d'écoute, Déjà-là fait entendre un système autonome de (re)présentation du sonore significatif d'un regard contemporain qui interroge la recréation mémorielle, considérée dès lors comme récursivité esthésique.
Ainsi, c'est bien à être acteur de cette déconstruction, écoutant impliqué, en mouvement, en dialogue, que les propositions musicales de Déjà-là nous invitent, en mettant l'auditeur face à la question de sa propre présence au monde.
Dans cette perspective, le trio investira les différents espaces de la Beaudelie, déchiffrant le lieu en tant que composition singulière, un déjà-là révélé.




 








  prochainement
  le programme
  découvrir l'association
  recevoir les informations
  archives
  visite virtuelle
  contact
  mentions légales

Tous les spectacles sont privés
Entrée libre sur invitation
Un chapeau est à la disposition du public pour participer aux frais des artistes
Une petite collation est prévue les soirs de spectacle :
merci de contribuer avec du solide ou du liquide !



























































La tour de guet association loi 1901
60 impasse de la tour de guet
La Beaudelie – Le Saillant
19130 VOUTEZAC
mail:latourdeguet